Internet et Généalogie

Pourquoi ? Comment ?


S'il devient difficile de ne plus utiliser Internet dans la vie courante, que dire de sa nécessité en généalogie ? En effet, la mise en ligne d'une grande partie des Archives Départementales amène à notre domicile ces précieux actes pour des recherches qu'il nous serait bien plus difficile de réaliser.

Non seulement les actes paroissiaux ou d'état civil deviennent à notre portée, mais une multitude d'autres sources nous deviennent accessibles d'un simple clic !

Bien sûr, les associations généalogiques ne sont pas en reste ! Elles mettent à notre service leurs riches relevés, nous évitant des heures de recherches personnelles.

Alors, direz-vous, tout va bien, il suffit d'un clic ?

Eh bien, pas tout à fait ! En effet, si profusion de sources ne nuit pas, il faut trouver la bonne ! Celle qui apportera la réponse à MA question !

Cette page est dédiée particulièrement aux débutants qui peuvent être perdus devant cette foison de sites, mais elle servira aussi aux plus chevronnés qui ....... ne peuvent tout savoir.

I - Recherches dans les archives

Archives départementales et municipales.

De nombreux sites en présentent la liste, par exemple :

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/en-ligne/

http://fr.geneawiki.com/index.php/Archives_en_ligne

http://www.francegenweb.org/~archives/archivesgenweb/?id=carte

Archives départementales pour l'Ile-de-France :

Paris (75) :http://archives.paris.fr/a/1/accueil/

Yvelines (78) : http://www.archives.yvelines.fr/

Les répertoires de notaires sont en ligne !
Consultez en ligne 720 répertoires donnant accès à des milliers d'actes notariés ! Il est désormais possible de consulter en ligne les 720 répertoires versés aux Archives départementales par les notaires yvelinois et dans lesquels sont répertoriés des milliers d'actes, établis depuis 1575 jusqu'à 1899 et classés en sous-série 3E. Vous pouvez ainsi repérer l'acte qui vous intéresse, la date à laquelle il a été dressé et, en vous aidant de l'instrument de recherche en ligne, relever sa cote pour une future recherche en salle de lecture. Pour être tout à fait complet, il reste à numériser une centaine de répertoires, ce qui sera réalisé dans le courant de l'année 2015.

Essonne (91) : http://www.essonne.fr/culture-sports-loisirs/archives-departementales/

Hauts-de-Seine (92) :http://archives.hauts-de-seine.net/

Val-de-Marne (94) :http://archives.valdemarne.fr/

Val-d'Oise (95) : http://archives.valdoise.fr/

Les Archives du Val-d'Oise ont mis à la disposition des internautes sur leur site Internet :
. Plans d'intendance, dressés avant 1789,
. Plans par masse de culture, dressés entre 1802 et 1806,
. Planches du cadastre napoléonien, collection départementale (1812-1852)
. Tableaux nominatifs des recensements de population jusqu'en 1911,
. Monographies des instituteurs établis en 1899,
. Tables décennales de l'état civil, collection départementale (1792-1902)
. Registres paroissiaux et d'état civil jusqu'à 1900. Ces images sont majoritairement issues de la collection départementale, complétée le cas échéant par la collection communale quand celle-ci en comble les lacunes.

Seine-Saint-Denis (93) : http://archives.seine-saint-denis.fr/
http://archives.seine-saint-denis.fr/-L-etat-des-fonds-.html
Les archives ne sont pas mises en ligne mais les inventaires permettent de préparer une visite.

A NOTER : les AD 78 conservent des tables décennales et quelques actes de villes de l'ancienne Seine-et-Oise.

Archives municipales d'Ile-de-France mettant en ligne les registres paroissiaux et d'état civil

Houilles (78) http://www.ville-houilles.fr/article/archive/473 (TD seulement, mais de 1792 à 1932)

Bois-Colombes (92)

Châtenay-Malabry (92) http://archives.chatenay-malabry.fr/

Sceaux (92) http://archives.sceaux.fr



Eaubonne (95) http://www.eaubonne.fr/Decouvrez-la-ville/Archives-municipales
Des informations sont données sur les fonds d'archives d'Eaubonne, consultables à l'Hôtel de Ville.
Les registres paroissiaux et d'état civil ne sont pas mis en ligne mais une base de données de 1593 à 1904 a été constituée et permet d'effectuer des recherches.

Archives nationales

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/index.html

La salle des inventaires virtuelle http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv permet d'interroger de très nombreux instruments de recherche (inventaires divers, minutes de notaires, bases de données).

Service historique de la défense-Mémoire des hommes http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/

Archives du Comité international de la Croix-Rouges (CICR) http://grandeguerre.icrc.org/fr/File/Search
Mises en ligne en août 2014, ces archives permettent de consulter, imprimer et télécharger sans aucun frais, les 5 000 000 de fiches réalisées par le CICR à partir, d'une part, des listes de prisonniers remises par les différents belligérants et d'autre part, des courriers de demandes d'information des familles. Elles concernent environ 2 000 000 de prisonniers. Il est nécessaire d'avoir un minimum d'informations sur le soldat recherché (prénoms et/ou date de naissance et/ou régiment et/ou matricule.) si l'on veut être sûr de ce qu'on trouve, les homonymies étant fréquentes et le classement se faisant par groupes phonétiques et non par un ordre alphabétique rigoureux. Exemple : MAUGER, MAUGÉ, MAUGEY, MAUGET, MAUGEY et MAUGEX sont dans le même lot et classés par ordre des prénoms). Exemple de fiche. Cliquer pour agrandir

Le Grand Mémorial http://www.grandmemorial.fr
Le Ministère de la culture a chargé les Archives de France de créer un « Grand Mémorial » qui regrouperait, en une seule base, les registres matricules de tout le territoire national. Ce Grand Mémorial devra aussi faire que tous les départements qui n'ont pas encore mis en ligne leurs registres matricules, le fassent dans les meilleurs délais. Et, cerise sur le gateau, une indexation est prevue qui permettra, par exemple de faire une recherche par ville ! Paris est sur la liste des points noirs. En effet, le nombre de fiches matricules, qui concerne les cinq bureaux de recrutement pour la ville de Paris et les villes de la banlieue alentour, est très important et sa mise en ligne très attendue ! Un site est dès à présent ouvert : http://www.grandmemorial.fr, mais seuls quelques départements sont accessibles. L'objectif est ambitieux : avoir terminé les mises en ligne de toutes les fiches matricules de tous les départements avant le 11 novembre 1918. Enfin, signalons qu'à terme, les bases de données de Mémoire des Hommes sont prévues être intégrées dans ce Grand Mémorial, ce qui rendra les recherches encore plus rapides.

II - Recherches dans les bases de données des associations, des particuliers et des sociétés commerciales

Les associations et les particuliers déposent leurs données dans divers sites gratuits ou payants.

Il y a principalement 2 grandes bases qui regroupent les relevés effectués par de très nombreuses associations :

Et 2 grandes bases de sociétés commerciales :

       mettant en ligne :
       -           des arbres généalogiques déposés par des internautes
       -           des relevés d'état civil déposés par des associations
       -           des informations historiques extraites de livres ou de documents anciens
       -           des relevés divers, des actes numérisés déposés par des particuliers ou des associations.
       dont l'accès en est, selon le cas, gratuit ou payant.

A NOTER : L'association Familles Parisiennes a mis en ligne sur Geneanet les registres des dispenses de consanguinité de l'Archevêché de Paris de 1729 à 1790. http://fr.geneawiki.com/index.php/Au_del%C3%A0_de_l%27Etat-Civil_-_75_-_S%C3%A9rie_Z1o

Diverses autres bases :

Base, gratuite, gérée par une association de bénévoles, destinée à tout public, étudiants, historiens, généalogistes, débutants ou confirmés, intéressés par l'histoire des familles et par l'histoire locale. Elle donne les actes de réception de 111.394 militaires de tous grades ayant participé à des guerres, nés en France ou à l'étranger, reçus à l'hôtel des Invalides à Paris entre 1673 et 1796. 

Base gratuite construite à partir des relevés des monuments aux morts, contenant les noms des soldats et victimes civiles, français et étrangers, tués ou disparus par faits de guerre, morts en déportation, «Morts pour la France».

Base gratuite. La médaille de Sainte Hélène, créée par Napoléon III, récompense les 405000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815.

C'est le site des Mormons. Ceux-ci ayant microfilmé nos registres paroissiaux dans beaucoup de départements, en ont effectué partiellement des dépouillements ; de plus des particuliers y déposent leurs données.

Cette base payante contient le fonds du généalogiste COUTOT.

A l'occasion de leurs recherches personnelles, ou de dépouillements systématiques, de nombreux généalogistes arrivent à repérer des mariages dont l'un des conjoints est un migrant. Une base de données a été ainsi constituée.

  • Sites personnels

De très nombreuses personnes mettent en ligne leur généalogie sur des sites personnels.

Pour découvrir ces sites un bon moyen est d'utiliser un moteur de recherche généraliste comme Google. On tape un patronyme et si possible, afin d'éliminer des sites sans rapport avec la généalogie, d'autres mots (par exemple généalogie, le nom d'une commune, etc.).

III - Communication et partage de données avec d'autres généalogistes

Geneanet et les sites personnels permettent déjà de faire connaissance avec d'autres généalogistes et d'échanger des données, mais il y a d'autres moyens.

Les groupes de discussion et les forums

Le site http://www.francegenweb.org/wiki/index.php?title=Portail:Listes_d%27%C3%A9changes donne une liste des listes de discussion et forums disponibles.

Il y en a au moins un par département, dont le centre d'intérêt est la généalogie dans le département ou la région.

Il existe aussi des listes dont l'intérêt est centré sur des thèmes particuliers : la marine, les militaires, la paléographie, généalogie-médecine et grand fléaux, etc.

L'activité de ces listes est très variable en fréquentation et en participation.

Les messages échangés sont tous conservés sur les serveurs et consultables en permanence. Un moteur de recherche permet d'y trouver plus ou moins aisément des renseignements même dans des messages très anciens.

Dans ces groupes il est aussi possible de trouver des fichiers de données déposés par les participants.

IV - Documentation

Au-delà des recherches purement généalogiques, Internet permet des recherches documentaires et historiques.

  • Sites qualifiés de "portail de la généalogie sur internet" :

Ces sites recensent tous les innombrables sites utiles à un généalogiste, concernant, par exemple, la localisation d'une commune, les vieux métiers, le calendrier, la monnaie, les mesures, etc.

On trouve, par exemple, l'intégralité du livre désormais épuisé de Gildas BERNARD  « Guide des recherches sur l'histoire des familles » à l'adresse www.francegenweb.org/~archives/guide/.

  • Google

Le moteur de recherche Google dispose d'une possibilité très intéressante pour effectuer des recherches dans des livres et des documents historiques, le menu google-livres.

Il est ainsi souvent  possible de découvrir les références des livres où figurent un patronyme ou un personnage auquel on s'intéresse.  Un aperçu du livre est souvent disponible (ou même l'intégralité est parfois téléchargeable). Les numéros des pages où l'on peut retrouver le nom sont indiqués.

Sinon, il faut ensuite aller rechercher le livre dans une bibliothèque ou aux archives départementales ou nationales.

Le site de la BNF Gallica permet de consulter et aussi de télécharger de nombreux ouvrages.

  • Bibliothèque municipale de Senlis

Cette bibliothèque a mis en ligne le manuscrit du chanoine AFFORTY. http://www.bmsenlis.com/sitebmsenlis/afy/pres.html
Ce mansucrit comporte 26 volumes contenant des documents concernant l'histoire du sud de la Picardie, Sélentois, Valois, Pays de France, Paris, Beauvaisis, Vexin, etc, du 10e au 17e siècles.


Haut de page